Qu’il s’agisse de la biographie d’une artiste-peintre, d’une réflexion littéraire sur le statut de la femme artiste, ou d’un simple roman-fiction sur le même thème, petite sélection d’ouvrages au sein desquels trouver la femme créatrice d’une oeuvre artistique quelle qu’elle soit.

duncan
Isadora Duncan danse sur la plage, vers 1915, par Arnold Genthe

  • Artemisia, Alexandra Lapierre : fille de l’artiste Orazio Gentileschi, amante malgré elle du peintre à succès Agostino Tassi, Artemisia Gentilschi est avant tout une femme artiste du XVIIe siècle ayant acquis une renommée certaine en Italie. Occultée pendant longtemps par la postérité, cette figure phare du caravagisme nous est présentée à travers le portrait savoureux qu’en esquisse l’auteure dans ce roman historique qui plaira tant aux historiens de l’art, des femmes, ou aux lecteurs curieux quels qu’ils soient !
  • Ma vie, Isadora Duncan : on passe à la première personne avec cette magnifique autobiographie de la danseuse Isadora Duncan. Ici, la vie personnelle se mêle aux conceptions artistiques de la narratrice qui nous balade de pays en pays, d’époque en époque, à la découverte d’un univers culturel multiple dont sa sensibilité toute particulière nous laisse profiter à plaisir. Théories sur l’art, la philosophie, la religion, la danse, rejoignent ses conceptions du désir, du couple, de la famille, de la vie. Très accessible, et surtout très inspirant.
  • Une femme, Anne Delbée : dans la lignée de femmes artistes comme Artemisia Gentileschi, Camille Claudel a bousculé les codes que le monde artistique imposait à sa féminité. L’auteure revient sur la parcours atypique d’une femme qui, à 17 ans, a décidé qu’elle deviendrait sculpteur – et qui le devint, par sa rencontre avec Rodin. Le reste est chaotique, et si le film vous est étranger, peut-être ce livre vous fera-t-il découvrir ce destin que j’ai moi-même adoré partager, grâce à la plume d’Anne Delbée.
  • Alma Mahler ou l’art d’être aimée, Françoise Giroud : exception de cette liste, je n’ai pas lu l’ouvrage dont je fais mention ici. Il se trouve qu’on m’en a parlé il y a quelques jours et qu’il correspond tout à fait à la thématique proposée. Je me permets donc de vous le suggérer, je me suis moi-même laissée séduire et le lirai bientôt. Je vous le présenterai donc mieux que ça d’ici quelques temps. En deux mots, il s’agit du renoncement de cette femme à toute ambition personnelle au moment où elle épouse le compositeur Gustav Mahler, et le revirement qui se fait des années plus tard en sa faveur, aboutissant à la réalisation d’un certain nombre de compositions encore disponibles aujourd’hui. Mais je crois qu’il s’agit avant tout ici des amours de la « sirène viennoise » comme ils disent.
  • Lait noir, Elif Shafak : cet ouvrage est un peu plus particulier, menant une réflexion sur le statut de la femme artiste, ou plutôt de la mère artiste. L’auteur s’interroge sur la possibilité de combiner maternité et création littéraire, évitant habilement la polémique par la mise en récit originale d’une conscience à mille voix qui sont autant de facettes de la personnalité de la narratrice. Je reviendrai sur cette auteure que j’aime beaucoup et vous conseille de tout mon coeur, en attendant, la lecture de ce très bel ouvrage.
  • L’invitée, Simone de Beauvoir : ici le thème n’est pas l’art, ni la femme artiste. Ce premier roman de l’auteure, à forte tendance autobiographique, relate l’histoire du ménage à trois formé par Pierre, Françoise, et la jeune Xavière. Mais le tout au milieu d’artistes que l’on se plait à admirer. Pierre est acteur et metteur en scène, Françoise est écrivain – et philosophe à ses heures. Tous deux sont rattachés à une troupe théâtrale avec laquelle ils montent une pièce qui prend forme au fil de l’ouvrage.
  • Ensemble c’est tout, Anna Gavalda : si vous n’avez pas vu le film, lisez le livre ! Audrey Tautou est formidable, mais comme j’ai aimé donner sa forme à la Camille du roman, à partir de mon propre imaginaire. L’artiste du bouquin, c’est elle, qui a trouvé dans le dessin une alternative à la parole, qui n’a pas conscience de son talent mais peut compter sur des amis croisés en chemin pour le lui faire découvrir. Comme d’habitude avec Anna Gavalda, un roman feel good tout en simplicité.

 

Cette liste est loin d’être exhaustive : n’hésitez pas à y ajouter vos suggestions, je serais ravie de découvrir avec vous de nouveaux ouvrages sur ce sujet passionnant !

Publicités